• La flore de nos sentiers

    Avec le retour des beaux jours, une multitude de fleurs réapparaissent autour de nous.

    Dans les jardins, les primevères et les jonquilles ont déjà laissé la place au muguet et aux pissenlits tandis que coucous, mauves et myosotis colorent la campagne.

    A y regarder de plus près (allez-y, regardez bien !), la nature nous offre à voir des fleurs d’une infinie variété en termes de formes, de couleurs, de senteurs :

    • Les tiges : herbacées ou ligneuses, à section ronde ou carrée (labiacées telles que la menthe)
    • L’insertion des fleurs sur les tiges : inflorescence simple (une fleur par tige) ou multiple (plusieurs fleurs par tige : fleurs de lila)
    • Le nombre de sépales, pétales, étamines et pistil : en nombre pair (myosotis), multiples de 3 ou de 5 (fraisier) et parfois même impossibles à compter (pissenlit, pâquerette)
    • L’insertion des pétales : libres entre eux ou soudés en corolle (campanules)

    Presque toutes les combinaisons sont possibles !

    Sur les chemins de Saint-Martin, vous avez peut-être déjà pu croiser cette année les plus sophistiquées de ces belles : les Orchidées sauvages. Parmi les 160 espèces recensées en France, celles qu’on observe le plus souvent dans les alentours sont Orchis purpurea et Orchis mascula.

    Outre leur beauté, la structure des fleurs d’Orchidées, ou « formule florale », est différenciée à l’extrême, ce qui les rend si particulières.

    Chaque tige porte une grappe composée de quelques dizaines de fleurs.

    Chaque fleur semble porter 6 pétales : 3 d’entre eux sont en fait des sépales ayant évolué vers un aspect de pétale. On dit alors que la fleur a 6 « tépales ».

    L’un des 3 « vrais » pétales a un aspect très différent des 2 autres : il s’insère vers le bas, est de plus grande taille mais il est surtout finement découpé et adopte des formes très variées d’une Orchidée à l’autre. Il est alors particulièrement reconnaissable, notamment par les insectes pour lesquels il fait office de véritable piste d’atterrissage, tout droit vers les organes reproducteurs de la fleur.

    Les Orchidées sont fascinantes, et les retrouver chaque année sur les chemins et dans les sous-bois est un enchantement. Cependant ce sont des fleurs fragiles, au point que nombre d’entre elles apparaissent sur la liste rouge des espèces menacées en France. Parmi les nombreuses causes de leur déclin, l’indélicatesse de certains promeneurs est en bonne place ; en effet, l’espérance de vie des Orchidées bordant les chemins peut se voir fortement raccourcie par des cueilleurs trop heureux de ramener un trophée à la maison !

     Articles connexes

    Mais ne vous y trompez pas, les Orchidées ainsi cueillies ne résistent pas longtemps en vase et il est quasiment impossible de les replanter ; elles terminent alors tristement au lieu de poursuivre leur floraison dans leur milieu naturel. 

    Comme vous le rappelle la charte du randonneur, quel que soit votre lieu de promenade et quelles que soient les plantes que vous rencontrez, la meilleure des façons de les apprécier est de ne les toucher qu’avec les yeux ! 

     

    SOURCES:

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :